Ateliers de la Rampe

Ciels et portraits

 

 

 

Peau d'peinture

 

On croyait s'en être débarrassé. On pensait être passé à autre chose, pouvoir s'en passer.

Mais elle est encore là.

 

Elle resurgit, elle nous regarde. Elle insiste. Elle nous colle à la peau,

elle nous embrume le regard.

On y revient toujours à un moment ou à un autre.

 

On n'en a pas fini avec la peinture.

 

Il y a toujours ce moment unique où la matière peinte opère une sorte de transmutation moléculaire, quelque chose comme une méta-physique à base de térébenthine, de l'état de pâte à l'état de gaz.

Bref la peinture se vaporise, ou bien elle s'incarne.

Elle contient donc virtuellement le derme, l'épiderme, l'incarnat, les rougeurs, les plis, les boutons, les tâches, les ombres (bleutées), les veinules, les cicatrices, les pores, les condensations laiteuses, les brumes, les volutes, les nébulosités, les vapeurs, le translucide, le gazeux, les cumulo-nimbus, qu'elle actualise sur les surfaces picturales, dans de petites profondeurs.

 

Petites profondeurs car il faut fuir les fausses profondeurs, de la matière comme de la pensée.

La profondeur, c'est de la surface pliée.

 

 

Jean-Paul Robinet

Service gratuit et accessible à tous

Je crée mon site

Bois - design

Etudiant en design, Thibaut Dutarte, vendômois, explore les objets du quotidien, les ré-invente dans une optique fonctionnelle et esthétique.

 

Enfant, à partir de six ans, j’ai suivi des cours d’arts plastiques au musée de Vendôme avec Philippe Berthommier. J’ai pu y développer mon goût pour la création. A la fin de la période lycéenne, je me suis orienté vers le design et ai intégré l’ESAD (Ecole Supérieure d’Art et Design) à Orléans, pour un diplôme de licence.

Je suis intéressé par les questions se rattachant au monde d’aujourd’hui. Mes projets sont liés à des sujets tels que l’éthique, l’ergonomie, la symbolique et bien sûr l’environnement. Dans mes réflexions, l’objet est toujours situé par rapport à la modernité, la technicité avec le respect des matériaux et des formes. Cela me permet de proposer des objets aboutis et pertinent.

 

Le bois, dans tous ses états :

Je possède une affinité particulière avec le travail du bois, c’est un matériau que j’apprécie car il permet une grande diversité dans les couleurs, les formes, les textures.

Les trois années qui viennent de s’écouler à l'ESAD m’ont permis d’acquérir plus de connaissances techniques et théoriques. J’ai intégré ce matériau dans mes projets d’études. J’ai pu le mettre en valeur dans les objets du quotidien tels que des luminaires, des tabourets. Je l’ai aussi associé à d’autres matériaux : le verre, le papier, par exemple.


Le bois est ainsi devenu mon médium de prédilection.